banière

10 points clés pour construire un service performant

Samedi 3 Décembre 2016



 @optimum tennis.com

Le service est un coup déterminant au tennis car il va être le véritable baromètre du reste du point : efficace, il va mettre le serveur dans une position favorable, faible il va le placer dans une situation délicate. Prédominant chez les joueurs professionnels qui remportent leurs jeux de service à plus de 90%, il est tout aussi important pour les joueurs amateurs pour au minimum se protéger du retour de l'adversaire et imposer son jeu dans la suite du point.

Bien servir demande la maîtrise de 10 points clés que je vous propose de détailler dans l'article suivant.
 

1/La position de départ



Cette position peut paraître anodine mais c'est elle qui va déterminer une partie la réussite du service à venir. Sur la photo de la position de départ d'Andy Murray, on peut observer les fondamentaux suivants :

 - des appuis écartés un peu plus largement que les hanches permettant de trouver de l'équilibre
 - un centre de gravité placé entre les appuis
 - la raquette tenue avec l'aide de la main libre légèrement en avant du corps
 - le regard fixé en direction du carré de service adverse afin de visualiser la cible
 

2/La prise de raquette


@welovetennis

Le célèbre service de Monsieur Hulot dans le film bien connu avec cette prise coup droit et son mouvement de balancier peut paraître exagéré mais n'est finalement pas si éloigné de ce que l'on peut voir parfois sur les courts avec une projection de la tête de raquette seulement assurée par la flexion/extension du bras. Potentiellement puissant, ce type de service est toutefois limité en régularité et dans la production possible d'effets. Pour cette raison, il est préférable servir avec une prise de raquette plus proche de la prise marteau que l'on peut observer sur la photo suivante, même si de petites variations peuvent apparaître en fonction des joueurs :



Une prise neutre ou proche permet de réaliser tous les effets, et surtout d'utiliser toutes les actions biomécaniques pour produire une grande vitesse de tête de raquette, en particulier la rotation interne de l'épaule.
 

3/ Le lancer de balle




C'est un point crucial, souvent déficient chez les joueurs débutants, et qui impacte directement la réussite du service. La difficulté principale est de réussir à placer la balle à l'endroit choisit et ce avec régularité.

Sur cette photo d'école de Roger Federer, trois points sont important à souligner :

 - le bras de la main tenant la balle monte tendu afin de limiter les risques de fléchissement du bras au moment de lâcher la balle qui pourrait altérer la précision.
 - la libération de la balle est effectuée à peu prés au niveau des yeux ce qui va permettre de placer la balle dans le champs de vision du joueur pour la suite du geste.
 - les doigts s'écartent pour libérer la balle qui était posée sur les phalanges et tenue par le pouce. En agissant de la sorte, on limite les interférences possibles des doigts sur la balle

4/ La position armée




La position armée (trophy pose pour les anglo-saxons) a pour objectif de placer le coude dans une position optimale pour la projection vers l'avant et le haut. Notons sur la photos l'alignement du coude avec la ligne des épaules mais également l'épaule gauche plus haute que l'épaule droite ce qui va favoriser la rotation des épaules pour venir placer l'épaule droite au dessus de l'épaule gauche ce qui va favoriser la montée du coude et permettre de gagner en hauteur de frappe (voir paragraphe 7).

Nous pouvons également observer la flexion des jambes à + ou - 90° (varie en fonction des joueurs) nécessaire à l'extension qui suivra. Attention à ne pas rechercher une flexion maximale pouvant être difficile à maîtriser et surtout demandant une grande puissance musculaire à la fois dans la phase de descente (excentrique) mais également dans la phase d'extension (concentrique). Un match de tennis peut être long et il faut assurer une qualité sur la durée de son service, et maintenir une grande explosivité sur la durée.
 

5/ Le transfert du poids du corps et l'avancée de la hanche



Comme nous pouvons le voir également sur la première photo de l'article d'Andy Murray, la position de départ de Stan Wawrinka est réalisée avec le poids du corps sur la jambe arrière. Cette position n'est pas anodine car va permettre par la suite de créer un déséquilibre vers l'avant qui va aider à l'avancée du corps dans la frappe.

Au moment du lancer de balle, la jambe arrière se tend pour permettre de passer progressivement le poids du corps vers l'avant. De ce fait, le centre de gravité va avancer et venir se placer au dessus de l'appui avant lors de la position armée ce qui va mettre le joueur suisse en situation de déséquilibre avant contrôlé qui permettra par la suite de venir frapper la balle dans le terrain, mais également d'utiliser la force de translation liée à l'avancé du corps dans la direction de la balle et permettant de gagner en vitesse de balle.

L'avancée du centre de gravité va provoquer naturellement une avancée de la hanche. Cette avancée permet la mise en tension musculaire des abdominaux obliques qui vont être prédominant dans le déclenchement du geste et en particulier la rotation des épaules. Elle est également nécessaire afin de concilier le déséquilibre vers l'avant tout en maintenant l'équilibre du haut du corps afin de ne pas tomber en avant lors de la frappe mais de monter chercher la balle.



 

6/ La projection de l'épaule et du coude vers le haut et l'avant



A partir de la position armée, raquette pointée vers le haut, la projection du coude et de l'épaule vers le haut et l'avant va provoquer la chute de la raquette dans le dos permettant la boucle d'accélération de la raquette. Cette mise en rotation externe de l'épaule est primordiale dans l'obtention de la vitesse de tête de raquette puisque près de 40% provient de l'action de rotation interne de l'épaule. Cette chute de la raquette dans le dos va être accentuée par l'extension des jambes ce qui va favoriser la mise en tension musculaire mais également servir de point d'appuis à la projection.

Il est important de garder en tête que cette descente de la tête de raquette ne doit pas être volontaire, c'est une conséquence de la projection du coude et de la poussée des jambes qui l'a précédée.
 

7/ La frappe : épaule au dessus de l'épaule


Il y a 3 points importants à retenir de cette photo de la frappe au service d'Andy Murray :

 - Le bras tenant la raquette est tendu ce qui montre une extension complète favorisant la transmission de la vitesse de tête de raquette à la balle, mais également permettant d'obtenir une hauteur de frappe maximale permettant de gagner de la sécurité par rapport au filet

 - la frappe est réalisée légèrement en avant du corps, dans le terrain ce qui permet d'obtenir une qualité de frappe maximale (sur un service à plat ou slicé) de par la transmission des forces.

 - on peut remarquer que l'épaule droite vient se placer nettement au dessus de l'épaule gauche créant une légère flexion latérale du tronc sur la gauche du joueur. Cette légère flexion permet une frappe avec environ 100° d'ouverture au niveau de l'épaule ce qui est considéré par les études biomécanique comme l'angle optimal de transmission des forces sans provoquer de traumatisme au niveau de l'articulation. Naturellement les hanches suivent ce décalage avec une hanche droite plus haute que la hanche gauche.

Chez les joueurs débutants, un défaut courant au service est de chercher à frapper avec la ligne d'épaules parallèle au sol et bras semi fléchi, ce qui crée une tendance à la rotation latérale plus que la projection vers l'avant.
 

8/ L'accompagnement : loin devant et rotation interne de l'épaule




Comme pour les coups de fond de court, l'accompagnement permet à la fois d'assurer la transmission de la vitesse de tête de raquette à la balle, mais également de donner la direction à la balle. Sur la séquence, la raquette de Murray est emmenée nettement vers l'avant, bras quasiment tendu. Cet accompagnement permet lors de la fin du geste (dernière photo) de libérer l'épaule droite qui passe nettement en avant du corps pour laisser la raquette décélérer naturellement sur le coté opposé.

Un défaut courant pour les joueurs amateurs est de chercher à bloquer leur raquette juste après la frappe de balle, ce qui provoque inconsciemment un ralentissement de la tête de raquette avant la frappe. Pour faire un parallèle avec la course automobile, c'est un peu comme si le pilote cherchait à s'arrêter juste après la ligne de chronométrage, il freinera avant la ligne perdant ainsi de la vitesse au moment le plus important.

 

9/ Pronation et rotation interne de l'épaule



Sur cette séquence du service de Pete Sampras, nous pouvons observer deux points primordiaux pour produire de la vitesse de tête de raquette : la pronation permettant de placer le tamis face à la balle au moment de la frappe, et la rotation interne de l'épaule dont l'effet visible est cette ouverture du tamis vers la droite lors de l'accompagnement et qui permet la production d'environs 40% de la vitesse finale de la raquette. Dans la littérature ou encore sur bon nombre de sites internets, on retrouve cette double action regroupée sous le seul terme de pronation, ce qui est abusif du fait de l'amplitude limitée de l'action de l'avant bras (voir précédant article du blog : la pronation au service, graal ou chymère pédagogique ?).

La pronation est primordiale dès lors que l'on utilise une prise proche de la prise marteau afin d'ouvrir le tamis face à la balle. Chez les joueurs débutants passant d'une prise coup droit à une prise plus neutre, la première difficulté vient justement de cette capacité à ouvrir la main vers l'avant ce qui provoque généralement de nombreux bois lors que la frappe et une certaine frustration.

La recherche de la rotation interne de l'épaule et l'ouverture latérale du tamis qui l'accompagne ne doit pas être faite de manière consciente mais plutôt par la recherche du relâchement musculaire lors de la frappe qui va permettre l'utilisation complète de l'amplitude articulaire et favoriser la transmission de la vitesse de tête de raquette à la balle. Pour cette raison, beaucoup de joueurs même amateurs réalisent cette séquence sans même en avoir jamais entendu parlé.
 

10/ La retombée dynamique



Le service ne peut être pleinement efficace sans une qualité de dynamisme pour reprendre ses appuis rapidement lors de la retombée et être prêt à jouer le coup suivant. La puissance de la jambe de sol ainsi que les qualités de gainage sont primordiales afin de réaliser cette séquence le plus efficacement possible.

La retombée dynamique est ce qui va permettre le lien entre le coup en lui même et la suite du point. Un bon service avec de bonnes qualités de vitesse de balle et de précision ne sert à rien si le joueur ne peut pas enchaîner rapidement le coup suivant. On dit généralement que le coup le plus important lors d'un point est le deuxième coup de raquette. Ce coup ne pourra être de qualité sans une reprise d'appuis rapide et efficace.
 

Conclusion

Le service est assurément le coup le plus complexe du tennis : un grand nombre d'articulations et de muscles mis en jeu, une grande explosivité nécessaire et le besoin de reprendre très vite ses appuis pour jouer le coup suivant. Comme nous l'avons vu, cette mécanique complexe peut se résumer en 10 points qu'il convient de maîtriser successivement pour obtenir le service souhaité. Un seul de ces points mal réalisé, et c'est l'efficacité du service qui est remis en cause.

Bien sûr, il convient de procéder par pallier en fonction du niveau de jeu. Pour un débutant par exemple on travaillera prioritairement sur la position de départ, le lancer de balle, la position armée et une frappe équilibrée au dessus de la tête. Puis en fonction de la confiance accumulée, de nouveaux points techniques pourront être introduits progressivement afin d'améliorer la qualité et la régularité du coup. Ainsi, il faut faire attention à ne pas brûler les étapes : une extension mal maîtrisée par exemple est un risque de perdre sa coordination.

Travailler à une technique efficace par la coordination successive des différents mouvements articulaires et musculaires assurera à votre service efficacité, régularité et surtout une performance stable durant toute la durée du match car l'essentiel n'est pas de construire un coup efficace parfois, mais un coup efficace et stable dans le temps.



 

 
• Autres articles pouvant vous intéresser :
Parents, respectez vos enfants !!
S'échauffer avant de pratiquer le tennis: pourquoi et comment ?
Discours contre les "méthodes"
Les fondamentaux techniques partie 26 : le lob
Les fondamentaux techniques 25 : le passing-shot


• Catégories liées :
pedagogie
article


• Commentaires : Cliquez ici pour laisser un commentaire

 
Aucun commentaire n'a été laissé sur cet article. Soyez le premier à laisser un commentaire !