Les fondamentaux techniques partie 27 : l'utilisation de la main libre

Samedi 11 Aout 2018


@ baseline.com


Dans l'apprentissage du tennis, le rôle de la main qui tient la raquette est primordial et une très grande majorité du travail est axé sur son action. Pourtant, la main non dominante, appelée plus communément main libre, tient un rôle plus qu'important dans la qualité technique des coup proposés. Si son utilisation est évidente lors de la frappe en revers à deux mains ou lors du lancer de balle au service, il ne faut pas négliger son action dans l'ensemble des autres coups car ce travail de l'ombre est nécessaire sur le plan de l'efficacité biomécanique.

Ainsi, nous pouvons répertorier les différentes actions :

 - soutien de la raquette en position d'attention

 - changement de prise

 - guidage de la tête de raquette lors de la préparation

 - aide à la rotation des épaules et donc à la différentiation haut/bas du corps

 - aide au déclenchement de la frappe

 - maintien de la ligne des épaules

 - récupération de la raquette après l'accompagnement

Toutefois, afin de faciliter la visualisation ainsi que le transfert vers votre propre jeu, j'ai préféré dans cette article vous proposer une analyse coup par coup de l'utilisation de la main et du bras libre.
 

I. Coup droit




Photo 1 : La main gauche soutien la raquette au coeur de la raquette. Cette action permet de soulager le bras droit et favorise le relâchement global du geste à venir. Elle permet également de limiter la fatigue du bras dominant sur la durée d'un match.

Photo 2 : Dès la frappe adverse, Roger Federer analyse la direction de la balle et dans un temps très court effectue une double action avec sa main gauche : modification de la prise pour trouver sa prise coup droit et provoquer une extension palmaire de la main directrice qui permettra par la suite d'obtenir une meilleure accélération de tête de raquette.

Photo 3 : La main libre emmène la raquette sur le coté du corps (à 15h si l'on prend l'image d'une horloge). Cette action va favoriser la rotation des épaules et permettre la dissociation entre le haut le le bas du corps.

Photo 4 et 5 : La raquette est lâchée pour lui permettre de continuer sa course de préparation en arrière du corps. Le bras gauche se tend pour favoriser l'équilibre (on peut noter la quasi symétrie entre le bras droit en arrière du corps et le bras gauche en avant).



Photo 6 : En se dégageant sur le coté gauche par une projection du coude (image du coup de coude porté vers l'arrière), le bras libre permet de favoriser le déclenchement du retour de la raquette vers l'avant. Ce point est très important pour produire une bonne vitesse de tête de raquette car cette ouverture du bras permet la mise en retard de la tête de raquette et surtout la mise en tension des muscles rotateurs internes de l'épaule et de l'avant bras qui trouveront ainsi toute leur efficacité.

Photo 7 : Une fois la projection du coude terminée, le bras libre jouer un rôle de contrôle de la rotation des épaules. En effet, si l'épaule gauche avait continué à tourner, il y a de forte chance que le coup ait dévissé et soit incontrôlable. En maintenant cette main sur le coté du corps durant la frappe et l'accompagnement, le joueur suisse limite la rotation des épaules et favorise ainsi le centrage de balle ainsi que la direction donnée.

Photo 8 : La dernière action de la main libre va se situer après la fin de l'accompagnement avec la reprise de la raquette au niveau du coeur. Cette reprise peut s'effectuer au niveau de l'épaule mais on peut observer également parfois une reprise en avant du corps lorsque la raquette redescend.
 

II. Revers


     

Photo 1 : La raquette est soutenue en position d'attention par la main libre. Dès lecture de trajectoire, la main gauche de Stan Wawrinka modifie la prise de raquette pour trouver la prise revers et commence à tirer la raquette sur le coté du corps.

Photo 2 : La main libre emmène toujours la raquette sur le coté du corps ce qui permet d'avoir une ligne des épaules désormais à la perpendiculaire du filet. De plus, on peut se rendre compte également que le tamis de la raquette est maintenu au dessus de la main ce qui va avoir une incidence importante au niveau biomécanique puisque cette rotation externe forcée va faciliter par la suite le relâchement et le passage sous la balle.

Photo 3 : La préparation est terminée, le tamis de la raquette est quasiment parallèle au filet et la main gauche a tiré très nettement la raquette en arrière du corps. La rotation des épaules est ainsi optimale, au delà de la perpendiculaire au filet.

Photo 4 : La main libre vient placer la tête de raquette sous le niveau de la balle puis lâche afin de permettre le retour vers la balle de la raquette.

Photo 5 : Une fois la raquette libérée, la main gauche reste en place afin de permettre à la fois de favoriser l'équilibre, mais également de limiter la rotation des épaules lors du retour de la raquette afin d'éviter au maximum un dévissage à la frappe.

Photo 6 : L'accompagnement est terminée mais la main libre est encore en position latérale du corps pour assurer l'équilibre jusqu'au bout
 

III. La volée

Que ce soit en volée de coup droit ou en volée de revers, la main libre va remplir trois rôles essentiels : soutenir la raquette, donner l'impulsion à l'ouverture du tamis et enfin venir équilibrer le corps lors de la frappe.



Photo 1 : comme nous avons pu observer pour les coups de fond de court, la main gauche soutient la raquette durant la position d'attention.

Photo 2 : Dès le départ de la balle adverse de la raquette, Federer donne une petite impulsion avec sa main libre pour aider à présenter rapidement le tamis de la raquette face à la balle. A noter que l'utilisation restreinte de la main libre durant la préparation s'explique par la nécessité d'une préparation très limitée du au faible temps disponible.

Photo 3 : Lors de la frappe de balle, la main gauche vient se placer sur le coté du corps avec un rôle double => équilibrer le corps mais également bloquer la ligne des épaules pour la garder face au filet ce qui est un point technique fondamental de la volée de coup droit.




Photo 1 : Nous retrouvons l'utilisation de la main gauche pour soutenir la raquette

Photo 2 : Contrairement à la volée de coup droit, la main gauche va avoir une action plus longue lors de la préparation de la volée de revers et surtout permettre la rotation des épaules pour se retrouver de profil par rapport au filet

Photo 3 : Lors de la frappe, la raquette vient se positionner en arrière du corps, quasiment au niveau de la tête pour équilibrer le corps et verrouiller la ligne des épaules afin de favoriser la précision du centrage de balle.

 

IV. Le smash

Lors des coups frappés au dessus de la tête, si l'action principale de la main et du bras libre va être de monter la raquette vers la position armée, elle va également avoir une utilité dans l'équilibration et dans le déclenchement de la frappe.



Photo 1 : La raquette est soutenue par la main libre de Rafael Nadal lors de la position d'attention.

Photo 2 : La main emmène la raquette sur le coté gauche du corps du joueur espagnol permettant dans le même temps la rotation des épaules (pour se retrouver de profil) et la montée de la raquette

Photo 3 : La main droite de Nadal continue son action pour emmener la raquette à la fois en arrière du corps mais également vers le haut. Les épaules sont désormais tournées à plus de 90° par rapport au filet

Photo 4 : La raquette a été lâchée et la main libre vient se positionner au dessus de la tête afin d'équilibrer le corps mais également de placer l'épaule droite au dessus du niveau de l'épaule gauche ce qui est le préalable obligatoire à la bascule des épaules.



Photo 5 : Lors du déclenchement de la frappe, la main et le bras libres vont descendre de manière dynamique afin de permettre la projection du coude et de l'épaule gauche vers le haut et l'avant. Cette projection permet la chute de la raquette dans le dos afin de réaliser la boucle permettant s'accélérer la tête de raquette.

Photo 6 : La main libre vient terminer sa course collée au ventre du joueur espagnol. Elle permet ainsi de laisser passer la raquette et l'épaule gauche vers l'avant afin de favoriser la traversée de la balle.

Photo 7 : à la fin de l'accompagnement, la main libre vient récupérer la raquette afin de se positionner par la suite en position d'attention.
 

V. Le service

Le service de Serena Williams est un modèle de qualité technique et d'efficacité. Une partie de cette efficacité vient de l'utilisation parfaite de sa main gauche. Tout le monde connaît bien sûr l'importance de la main libre dans la précision et la qualité du lancer de balle mais elle ne s'arrête pas là  car va avoir un rôle prépondérant dans le déclenchement du coup.



Photo 1 : La main libre vient positionner la balle au coeur de la raquette et soutien cette dernière en orientant la tête de raquette vers le carré de service visé.

Photo 2 : La joueuse américaine laisse la raquette descendre toute seule afin de focaliser l'utilisation de la main libre sur la précision du lancer de balle. Le bras se tend afin de préparer la remontée. Il faut noter que chez certains joueurs, la raquette est maintenue plus longtemps par la main libre lors de la descente afin de faciliter le guidage de la tête de raquette. 

Photo 3 : Le bras gauche remonte tendu pour éviter toute action parasite de flexion du bras pouvant altérer la précision du lancer, la balle est posée sur les phalanges et tenue pas le pouce.

Photo 4 : Au niveau des yeux, les doigts vont s'écarter pour permettre à la balle de s'échapper vers le haut. Le fait d'écarter les doigts permet d'éviter à la balle de rouler sur les doigts ou de crocheter la balle et ainsi de perturber la précision du lancer de balle.


   

Photo 5 : La balle est maintenant nettement au dessus de la tête mais la main libre vient se positionner en haut afin d'équilibrer le geste, de monter l'épaule gauche au dessus de l'épaule droite favorisant la future bascule mais également de créer un point d'ancrage pour le déclenchement du geste.

Photo 6 : Le bras redescend de manière dynamique, le coude en premier. Cette action va déclencher la projection du coude vers l'avant et provoquer la boucle permettant l'accélération de la tête de raquette.

Photo 7 : En venant se coller au corps, le bras gauche de Serena Williams s'efface pour faciliter le passage de la raquette vers la balle ainsi que le passage de l'épaule droite. Cette position permet également de contrôler la rotation des épaules afin d'éviter un dévissage trop précoce.

Photo 8 : La position de la main et du bras gauche permet de maîtriser la rotation de la ligne des épaules en fin de geste. En se situant également à proximité de la raquette lors de la fin de l'accompagnement, elle peut également récupérer rapidement cette dernière afin de faciliter la position d'attention et donc dans le même temps du deuxième coup de raquette.
 

VI. Quand la main libre devient la main directrice : le revers à 2 mains

Lors de la frappe jouée en revers à deux mains, et en particulier pour les joueurs utilisant une prise continentale coup droit ou une prise marteau, la main libre une fois la raquette en position armée change de rôle et devient la main directrice. En effet, c'est elle essentiellement qui va être chargée de donner l'accélération à la tête de raquette, de la mise à niveau et d'assurer la traversée de la tête de raquette dans la balle.

Le rôle de cette main libre devenue directrice est le plus visible lors des coups joués en urgence comme nous pouvons le voir dans la séquence suivante de Novak Djokovic



Photo 1 : La main gauche assure son rôle de soutien de la raquette lors de la position d'attention

Photo 2 : Dès la lecture de trajectoire, la main gauche glisse du coeur de la raquette vers le haut du manche pour prendre une prise semi-fermée de coup droit. Elle fait également glisser légèrement la raquette vers la prise marteau pour la main droite.



Photo 3, 4 et 5 : La main libre va emmener progressivement la raquette sur le coté gauche du corps puis en arrière.


  

Photo 6 : La préparation est maintenant terminée, les épaules sont positionnées de profil.

Photo 7 : Le début de la mise à niveau marque le changement de rôle de la main gauche du joueur Serbe qui devient à ce moment précis la main directrice, la main droite servant à partir de ce moment à stabiliser la raquette.



Photo 8 et 9 : L'avancée de la main gauche devenue directrice permet le retour du tamis de la raquette jusqu'à la balle par un mélange de pronation de l'avant bras et de flexion du poignet. La main droite n'a quasiment pas bougée, elle se contente de suivre le mouvement

Photo 10 : La main gauche continue son avancée pour permettre l'accompagnement du coup et favoriser la traversée de la raquette dans la balle. On peut voir sur la photo la contraction musculaire importante des muscles du bras et de l'avant bras gauche de Djokovic démontrant son utilisation.

 

VII. Conclusion

Bien plus qu'on ne le croit, le rôle de la main et du bras libre dans tous les coups du tennis est essentiel et multiple mais souvent mal connu. En effet, bon nombre d'erreurs techniques sont directement liées à une mauvaise utilisation, voire à une non utilisation de cette main : manque de rotation des épaules à la préparation en coup droit et revers, manque de stabilité à la frappe, dévissage, ou encore difficulté à frapper un revers à deux mains, problème d'armé au smash, etc... La liste n'est bien sûr pas exhaustive !!

Pour cette raison, cette main doit être associée le plus tôt possible dans l'enseignement du tennis afin d'automatiser son utilisation et de développer l'efficacité de la chaîne biomécanique sur le différents coups. Nous ne pouvons pas nous contenter de l'utiliser seulement lors de la position d'attention ou lors du lancer de balle au service puis faire comme si elle n'existait pas ou avais rempli son rôle. Elle deviendrait à ce moment là un obstacle à l'efficacité comme c'est si souvent le cas chez les débutants. Il est également nécessaire de travailler la coordination de cette main dès le plus jeune âge afin de développer sa motricité générale et de la rendre plus efficace : lancer et rattraper de la mauvaise main, passes de rugby avec les deux mains favorisant la dissociation haut/bas du corps, mais également frappes de balles avec la "mauvaise main"...

Le tennis, sport unilatéral ? Pas tant que ça comme nous venons de le voir dans cet article...






 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !